Coordonnées et Horaires

Mairie
Le Château
69440 RIVERIE

Horaires d'ouverture de la mairie :
Le Lundi : de 13 h 30 à 16 h 30
Le Vendredi : de 13 h 30 à 18 h 00

Permanence téléphonique :
Le lundi toute la journée, le mardi après-midi, le jeudi matin et le vendredi toute la journée

Contact :
tél : 04 78 81 82 42
fax : 04 78 81 87 32

Mail :
mairie.riverie@cc-paysmornantais.fr

 
La commune >

Présentation et situation

La commune de Riverie vous accueille

Nom : Riverie
Nombre d'habitants : 304
Sobriquet : Les Riveriens ou  les rampognauds
Altitude : 730 mètres
Superficie : 42 hectares

 

Un village médiéval au coeur des Monts du Lyonnais

Riverie est situé sur un éperon rocheux qui domine la vallée du Rhône, face a la chaîne des Alpes et culmine à 730 mètres au-dessus du plateau de Mornant .Il faut noter la proximité de Riverie de la ligne de partage des eaux qui font de Sainte-Catherine un col : la Coise emporte les eaux vers la Loire et l'Océan Atlantique et le Bozançon les emporte vers le Rhône et la Méditerranée. Riverie se trouvait donc à un lieu de passage, ce qui explique l'importance de sa place moyenâgeuse.
Lorsqu'on est sur le chemin de Ronde, au-dessus du terrain de jeux, l'horizon s'étend par temps clair du col de la Faucille (Jura)aux Monts du Diois (Alpes du Sud). Riverie, avec ses 42 hectares, une des plus petites communes de France, présente des caractères assez remarquables qui en font un des sites les plus intéressants de l'Ouest Lyonnais. Sa situation, sa beauté et son passé historique méritaient qu'il soit protégé.  

Le tilleul de Riverie a été planté en 1595, à la demande de SULLY, Ministre de Henri IV, pour symboliser la renaissance de la France, avec la paix civile retrouvée, il débutait une double rangée de sycomores ombrageant la terrasse du château.
En 1932, "la terrasse du château, y compris le Tilleul de Sully", furent inscrits sur l'inventaire des sites dont la conservation présente un intérêt général. Ce tilleul n'a pas survécu longtemps à une tempête de février 1990 qui avait cassé au ras du tronc l'une de ses trois branches maîtresses.

Histoire du château

Le château fut construit à la fin du XI ème siècle pour assurer la maîtrise du pertuis de Sainte-Catherine.
Il était composé d'un donjon imposant, flanqué de tours massives. Une enceinte, enveloppant le sommet du piton rocheux, enfermait le château et un certain nombre de maisons appartenant à de nobles familles. Adon de Riverie étendait son pouvoir et sa justice de Saint-Maurice à Larajasse. La population des environs, cherchant un abri auprès de la forteresse, forma un village au pied des remparts. Pour les protéger, furent élevées des murailles sur une longueur de près de onze cent mètres. Les vestiges laissés par les ligueurs et le temps sont visibles au long du chemin de Ronde.

  • Au XIII ème siècle, le seigneur de Riverie, Guillaume de Roussillon, acquit la terre d'Annonay. En août 1275, Philippe le Hardi l'envoya en Terre Sainte à la tête de cent hommes à cheval auxquels se joignirent de nombreux Chevaliers Dauphinois. Guillaume mourut dans cette expédition, et son épouse Béatrix de la Tour fonda la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarrez pour s'y retirer.
  • Au XVme siècle, Riverie appartint aux ducs de Bourbon, comtes du Forez. Après les démêlés du connétable Charles de Bourbon, Comte du Forez, Baron de Riverie avec la couronne, sa belle mère Anne de France vendit la seigneurie de Riverie à un bourgeois de Lyon, Claude Laurencin, dont le grand-père était tavernier au bas du Gourguillon à Lyon.
  • En 1570, les Laurencin vendirent la baronnie de Riverie à Antoine Camus, échevin, trésorier de France en la Généralité de Lyon. S'étant rallié à Henri de Bourbon, héritier du trône de France, son château fut assiégé. Vaincue, la garnison de Riverie, forte de 300 hommes se retira nuitamment à CHATEAUNEUF, le village pillé, le château détruit.
  • En 1673, la baronnie fut acquise par les frères Bénéon, "marchands passementiers" à Saint-Symphorien-le-Château. Leur neveu, Jean-Claude Grimod, "secrétaire du Roi", en hérita.
  • En 1789,le baron de Riverie était François, Jean-Jacques Grimod de Bénéon, seigneur de Chatelus et de Cornillon, capitaine au régiment d'Aquitaine-Infanterie, lieutenant des maréchaux de France, Chevalier de Saint-Louis. Il fut représentant de la noblesse aux assemblées générales des trois ordres tenues en mars 1789, à Lyon pour l'élection des députés des Etats Généraux. A cette même assemblée figurait M.Joseph Carre, curé de Riverie pour l'ordre du Clergé. Le Tiers-Etat était représenté par Pierre-Louis Couhert et Jean-Marie Couchoud, notaires royaux. Ce dernier fut tué lors des massacres de la Convention à Ville-Affranchie (Riverie devint Beaurepaire).
  • Le baron émigra en Suisse en 1791.
  • En 1802, sa fille, Madame de Montherot, devenue veuve, vendit ses biens de Riverie. Le château fut morcelé entre sept propriétaires.
  • Entre 1880 et 1963, la commune acquit peu à peu l'ensemble du corps central constituant le Château, base de l'ancien donjon féodal.
  • En 1947, une Auberge de Jeunesse ayant été installée dans l'aile Nord, débuta une féconde collaboration entre la municipalité et la Fédération des Auberges de Jeunesse qui permit, avec l'aide du Conseil Général, une importante restauration du Château de Riverie.
  • Aujourd'hui, le Château abrite la Mairie et son secrétariat, l'Ecole publique, des logements ainsi que la salle des fêtes du village.
Documents associés